Ministre du Pétrole : Nous avons réussi à développer une vision stratégique intégrée et faire de la Mauritanie un futur pôle intégré des énergies renouvelables

Nouakchott, le 21 Novembre 2023 - Le Ministre du Pétrole, des Mines et de l’Énergie, porte-parole du gouvernement, M. Nany Ould Chrougha, a déclaré que les paramètres des politiques basées sur l’énergie bas carbone offrent à la Mauritanie de la croissance, créé un véritable tissu industriel et de nombreux emplois.

Le Ministre s’exprimait devant la troisième édition de la Conférence et Exposition du Pétrole, du Gaz et de l’Énergie des Pays Limitrophes du Bassin Littoral, ouverte, mardi, au Centre International de Conférence « Al-Mourabitoune » à Nouakchottu Centre International de Conférence « Al-Mourabitoune » à Nouakchott.

Il a ajouté que le secteur de l’énergie en Mauritanie a réussi à développer une vision stratégique intégrée qui vise, en premier lieu, à faire de la Mauritanie un futur pôle intégré pour les énergies renouvelables, la production de gaz, l’exportation, la consommation intérieure et la production de minéraux verts.

Parlant de la conférence, M. Ould Chrougha a indiqué qu’il se tient à quelques jours de la COP-28 à Dubaî au pays frère des Emirats Arabes Unis (EAU) et qui se veut le sommet de la transition énergétique équitable, juste et sûre, où nous cherchons, ensemble, à souligner la nécessité d’accélérer la transition énergétique, afin d’atteindre les objectifs du Sommet de Paris visant à atteindre la neutralité carbone de l’économie mondiale d’ici 2050.

« Au regard de nombreux facteurs, notamment la crise la Covid-19, qui a entrainé une récession économique mondiale inédite et une baisse de la plupart des indicateurs de développement, en plus la crise énergétique résultant de la guerre en Ukraine, qui a provoqué des prix élevés de l’énergie et des perturbations des chaînes d’approvisionnement à travers le monde. Face à cette situation la sécurité énergétique est devenue une priorité pour tous les pays du monde, en particulier dans notre région africaine, où de nombreux citoyens souffrent encore de pénuries d’énergie et de services connexes », poursuit le ministre.

Au sujet de la transition, M. Nany Ould Chrougha a précisé qu’elle s’oriente progressivement vers des énergies bas carbone, comme l’hydrogène bas carbone et ses dérivés. « Cependant, le gaz joue un rôle important dans cette transition, car il représente moins d’énergie carbonée que les autres sources fossiles, et le gaz naturel est donc connu sous le nom d’énergie de transition ».

S’agissant de la Mauritanie, le Ministre a déclaré que le secteur de l’énergie mauritanien a réussi à développer une vision stratégique intégrée, qui vise à faire de la Mauritanie un futur pôle intégré pour les énergies renouvelables, la production de gaz, l’exportation, la consommation et la consommation de métaux verts.

Cette vision, dit-il, a pour objectifs :

– Assurer la sécurité énergétique du pays Tous les Mauritaniens ont accès à l’électricité d’ici 2030 ;

– Faire du secteur de l’énergie un moteur clé de l’économie nationale, sous régionale et même internationale.

Pour traduire cette vision, le ministre a précisé que le travail est exécuté sur plusieurs axes, dont les plus importants sont :

Le projet de production de gaz du champ de la Grande Tortue d’Ahmeyim, dont la première phase est en voie d’achèvement, pour entrer en production d’ici 2024, avec un volume de 2,5 millions de tonnes de gaz liquéfié par an, grâce à ce projet, la Mauritanie et le Sénégal deviendront exportateurs de gaz.

« Ensemble, nous développerons la deuxième phase, en ajoutant 2,5 à 3 millions de tonnes de GNL par an », note le ministre.

Au sujet du champ mauritanien Bir Allah dont la réserve relativement importante, estimée à 80 000 milliards de dollars, M. Ould Chrougha a précisé que la décision finale sur son investissement est prévue en 2025, avec la grâce d’Allah.

Au niveau des projets d’hydrogène, il a ajouté que la Mauritanie s’est réservé une position avancée, où quatre accords ont été signés, avec une production totale allant jusqu’à 85 gigawatts, et des études de faisabilité ont commencé pour développer certains de ces projets. « Nous prévoyons de commencer la production de la phase pilote en 2027 ».

Parlant de l’accès à l’électricité, le ministre a annoncé que l’exécution du plan de transformation du secteur de l’électricité se déroule de manière satisfaisante, et a donné des résultats encourageants qui ont conduit à une augmentation de l’accès à l’électricité de 42% en 2019 à 56% en 2023.